Partez à la conquête de nouveaux spots commerciaux.

Un client est un trésor. Sans client, il n’y a pas de business; Sans business, il n’y a pas d’entreprise. En 2022, dans un contexte de grande volatilité, de nouvelles voies commerciales semblent s’ouvrir. Mais s’agit-il de tendances ou de réelles opportunités à saisir sur la durée ? Parlons du commerce social: le commerce qui se fait sur les réseaux sociaux.

Quelques chiffres à mettre en perspective

✅492 MILLIARDS DE DOLLARS => c’est le montant des ventes réalisées dans le monde sur les réseaux sociaux en 2021.

🔝3 FOIS supérieure : c’est la vitesse de croissance de ce canal de vente versus le commerce dit “traditionnel”

🌐1 200 MILLIARDS DE DOLLARS: c’est l’estimation de ces transactions en 2025.

C’est ça le commerce social. Rien à voir avec l’économie sociale et solidaire : on désigne par cette appellation les transactions réalisées via les réseaux sociaux : INSTAGRAM, FACEBOOK, Tik Tok, LINKEDIN…

Les réseaux sociaux ouvrent un marché de 3,5 milliards d’acheteurs qui surfent en moyenne 2,5 heures par jour.

C’est une tendance déjà forte qui a été stimulée par la crise du covid-19. Même si aujourd’hui, les clients semblent surtout être des jeunes, il faut bien se dire que ces jeunes sont en train de prendre ces habitudes de consommation et qu’il ne faut pas sous-estimer ces acheteurs dans le futur.

Comment fonctionne ce business ?

Les influenceurs sont ceux par qui ce commerce existe. Il y a aussi les posts sponsorisés bien sûr ;

Mais ce sont bien les réseaux sociaux eux-mêmes qui développent leurs fonctions « shopping » ;

Sur INSTAGRAM c’est « shopping », sur Tik Tok c’est “SHOP NOW”, et sur FACEBOOK c’est “FACEBOOK SHOPS” ce qui permet directement d’ouvrir une boutique en ligne. Autrement dit ce sont les réseaux sociaux qui se chargent des frais de développement pour vous ! Bref, ça donne à réfléchir !

Quels avantages pouvez vous tirer des réseaux sociaux ?

Imaginez un centre commercial avec 3,5 milliards de personnes venues pour acheter, et qui vont arpenter pendant 2,5 heures chaque jour des vitrines qui coûtent très peu chers en loyers, et très peu chers en développement.

C’est une vraie opportunité à saisir pour les petites entreprises et les marques peu connues. En effet les réseaux sociaux jouent pour vous le rôle de vitrine sans passer par l’investissement dans un pas de porte ou dans un site de e-commerce très cher et très chronophage au quotidien. Deux barrières à l’entrée sont donc quasiment supprimées.

Alors qu’est ce que l’on achète sur les réseaux sociaux ?

C’est principalement de l’habillement, de la décoration, de l’électronique, mais aussi cosmétiques et articles de beauté. En chine, là où ce mode de consommation a concerné 8 sur 10 utilisateurs de réseaux sociaux en 2021, il est estimé que la moitié des produits de grande consommation seront vendus en ligne prochainement. En forte progression derrière, suivent deux autres pays pas anodins: le Brésil et l’Inde.

Est-ce un potentiel business uniquement pour le B TO C?

Non, pas du tout ! Apparemment, nous sommes déjà 37,4% des décideurs d’entreprises à avoir acheté sur les réseaux sociaux après avoir lu un contenu publié. Evidemment, dans ce cas, le commerce B TO B se passe principalement sur LINKEDIN.

A vos réseaux, prenez de l’avance, partez !

At vero eos et accusamus et iusto odio digni goikussimos ducimus qui to bonfo blanditiis praese. Ntium voluum deleniti atque.

Melbourne, Australia
(Sat - Thursday)
(10am - 05 pm)
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner